[Prix Texto 2022] Delphine Saubaber, La fille de la grêle

7R4A5339

https://botanicalorganic.com/3xju4rz3hw2 Delphine Saubaber, dont le premier roman  https://www.lifesatomato.com/2023/01/31/px459p7f La fille de la grêle (JC Lattès, 2022) fait partie de la sélection du prix Texto 2022, présente son travail d’écriture et les thématiques de son roman : souvenirs d’une enfance rude à la campagne, ruptures de vie, grandes décisions…

Overnight Xanax Online Grand reporter à L’Express (Prix Albert Londres 2010), Delphine Saubaber est l’auteure, avec Henri Haget, du très remarqué  Vies de mafia (Stock, 2010), un ouvrage qui tient à la fois du journalisme et de la littérature.

Dans  Alprazolam Cheap La fille de la grêle Xanax Pills Online Marie prend une décision radicale au soir de sa vie. Mais, dans un dernier souffle, elle estime devoir la vérité à  sa fille Adèle, qu’elle a élevée seule. Elle lui livre enfin le récit de sa propre enfance, au sein d’une famille à l’existence âpre voire cruelle, dont elle s’est émancipée pour devenir journaliste, dissimulant jusqu’à sa dernière heure l’histoire de ses origines.

https://cocktailsinteacups.com/2023/01/fcxewg959.html Joseph et Madeleine, ses parents, n’ont connu qu’une vie de labeur aux Glycines, modeste ferme au fin fond de l’Occitanie. Le travail y était dur et les récoltes dépendaient des caprices du ciel. Marie et son petit frère Jean ont grandi là, au milieu des vaches et des blés, avec la campagne comme terrain de jeu : un frère et une sœur vivant innocemment sur une combe d’herbe grasse.

https://www.moisttech.com/vk86wph36l Le malheur surgit-il parce que Jean est différent ? En dialogue avec les grillons, il ne parle pourtant pas, il n’entend pas non plus. Son père le bat. Un jour que la grêle s’abat sur les Glycines, détruisant les récoltes, la démence s’empare du père jusqu’à gagner la famille tout entière.

India Xanax Buy https://www.catraldoylecreative.com/w6ljv7wr3z La fille de la grêle raconte la souffrance d’une enfance et la rudesse du monde paysan des années d’après-guerre. C’est également le témoignage d’une vie sur le point de s’éteindre, et d’un monde qui s’apprête à disparaître, le chant d’amour d’une mère à sa fille, ainsi qu’une réflexion sur la transmission, sur l’oubli et une ode à la nature menacée.

Rendez-vous pour la remise du prix le 21 avril à 20h à la Maison de la Poésie !
https://www.maisondelapoesieparis.com/events/remise-du-prix-litteraire-texto-universite-sorbonne-paris-nord/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Please copy the string https://www.celestissima.org/opaos8ot Hm4ZCF to the field below: