« L’art peut sauver », la peinture comme thérapie, entretien avec Josué Comoe, artiste plasticien

Crédit photo : Anniat Ahamada
Du haut de ses vingt-trois ans, Josué Comoe est un artiste autodidacte, engagé et talentueux. Dimanche 9 décembre, nous avons eu le plaisir de l’interviewer à la galerie Schwab Beaubourg, lors de sa première exposition individuelle : Le noir comme couleur
Dans ses œuvres, le jeune peintre et plasticien met en lumière la peau noire et les corps sous toutes ses formes – qui nous apparaissent tantôt lumineux, tantôt contrastés. Souriant et accueillant, il évoque la peinture comme un moyen d’expression thérapeutique : « l’art ça peut sauver, moi ça m’a sauvé ». Josué souhaitait se réapproprier son image et par dessus-tout son corps.
Dans cet entretien, Josué nous parle de son rapport à l’art, qu’il qualifie de conflictuel. Il tente de se détacher et discuter les normes et les règles que la société mais aussi l’école lui ont imposées. Ce conflit lui a permis de répondre à ses questions, et d’imposer des types de beautés différents.

Reportage réalisé par Anniat Ahamada, Elisabeth Badji, Julie Die, Ke Ma et Alicia To
Vous pouvez retrouvez ses œuvres sur son Facebook  et son Instagram