Le numérus clausus, objet de souffrance étudiante ?

numerus_0_729_496

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a confirmé le 16 septembre 2018 la fin du numerus clausus, qui fixe le nombre de places d’étudiants en deuxième année d’études de médecine dentiste, pharmacie ou de sages-femmes.

Comme promis lors de sa campagne, le président de la République Emmanuel Macron se lance dans des réformes des études de médecine. Le numerus clausus, système en place depuis 1972 et connu pour être particulièrement éreintant pour les étudiants, vit ainsi ses derniers jours.
C’est dans ce cadre que les reporters de Treizièm’Onde sont allés à la rencontre de Jean Ralph Zahar, médecin et professeur à l’université Paris 13. Il nous a exposé son point de vue sur la Paces (1ère année de médecine) ainsi que sur les études de médecine en général. Exercice auquel il s’est adonné avec pragmatisme… Et qu’on vous laisse découvrir.

Crédit image : Frédéric DELIGNE

Réalisation : Maeva GONZALES, Azhare PLOUVIER et Boubacar BARRY.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Please copy the string ZPAg9E to the field below: